Centrales électrique à gaz: menace de fermeture un peu partout en Europe

Publié le par Groupe des élus UDB

autocollant-gasparecommuniqué de presse

                                                                     

 

 

Gwipavaz / Guipavas, le 27 avril 2012
 

 

 

 

Centrales électriques à cycle combiné gaz: menace de fermeture un peu partout en Europe


La récente prise de position de la fédération CGT Energie et de la CGT Bretagne contre le projet de Landivisiau était un premier indicateur du contexte négatif du point de vue de l'intérêt général dans lequel ce projet était conçu. Un article paru dans le très sérieux quotidien économique Les Echos le 25 avril, apporte la démonstration que le projet de centrale de Landivisiau n'a aucune viabilité économique... sauf à faire payer le déficit prévisible de son fonctionnement par les contribuables-consommateurs que nous sommes. Ainsi donc nous paierions trois fois: une première fois comme contribuables pour acheminer le gaz jusqu'à la centrale, une deuxième fois comme consommateurs pour l'électricité qui serait produite à partir de la combustion de ce gaz (avec un taux de rendement énergétique de 55% environ), et une troisième fois comme contribuables à nouveau pour éponger le déficit de l'exploitant privé, à savoir le consortium Direct Energie - Siemens. En application du principe capitaliste bien connu: privatiser les bénéfices, socialiser les pertes.


Résolument engagé contre ce projet de centrale dans le Finistère depuis sa révélation par les médias en septembre 2010, je réclame son abandon par ses soutiens politiques (Etat, Région, Conseil général du Finistère, municipalité de Landivisiau). Mobilisons les ressources publiques et privées pour investir fortement et plus rapidement dans les énergies renouvelables et dans la sobriété et l'efficacité énergétiques (bâtiment, agriculture, transport...). C'est cela qui correspond à l'intérêt économique et social en Bretagne.
L'Etat veut envoyer la Bretagne dans une impasse. Ceux qui se sont trompés de bonne foi sur ce projet de centrale se grandiraient à reconnaître leur erreur. Ils rendraient un grand service à la Bretagne où un consensus général pour une politique énergétique innovante est encore possible.


Christian GUYONVARC'H
conseiller régional, ancien vice-président du Conseil régional

Publié dans Energie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article