Charte culturelle de Bretagne: l'UDB soutient la rénovation des outils

Publié le par Groupe des élus UDB

 ICB.jpg ACB.jpg  ccb.gif

 

 

 

Charte culturelle de Bretagne: l'UDB soutient la rénovation des outils

 

L’UDB considère que les structures issues de la Charte culturelle de 1978 ont joué un rôle fondamental dans la promotion de l’identité bretonne. Pour autant le contexte actuel demande une évolution notable de ces structures qui doivent être davantage en phase avec la demande sociale, notamment celle qui émane des jeunes générations.

 

Concrètement, l'UDB s'est prononcée pour la constitution de deux structures dédiées à la promotion des cultures et des langues de Bretagne. La première, placée au côté du Conseil régional, consultative et disposant d'un pouvoir d'autosaisine, a été créé en 2009 sous le nom de « Conseil Culturel de Bretagne » (CCB). La seconde, plus opérationnelle, doit aujourd'hui voir fusionner l'Institut Culturel (ICB) et l'Agence Culturelle (ACB). Nous l'avions préconisé dès 2008, et le Conseil Culturel de Bretagne, dont l'avis était requis, s'est également prononcé pour cette fusion.

 

Nous insistons pour que le Conseil Culturel de Bretagne ait un rôle majeur dans la définition des missions et la mise en œuvre de cette nouvelle structure, dont le statut devra être associatif. Ces conditions sont indispensables pour asseoir la légitimité de la future structure en assurant la transition de manière démocratique et consensuelle, notamment sur la question des emplois, mais aussi des objectifs et des contenus.

 

S'agissant des objectifs et des contenus nous avons pour notre part listé six idées fortes :

 

- la mise en œuvre d’actions d’éducation populaire en matière de culture bretonne telle qu'une université des jeunes, l’élaboration d’outils pédagogiques…

 

- la promotion et la diffusion de l’histoire et du patrimoine de Bretagne et des savoirs populaires, la promotion des lieux d’histoire, y compris en lien avec la politique du tourisme.

 

- l’animation de la diaspora bretonne pour ce qui relève de la promotion de l'identité bretonne à l'international, en collaboration avec la Maison de la Bretagne à Paris et l’« ambassade de Bretagne » à Bruxelles.

 

- l’animation d’un relais vers les pays celtiques.

 

- l’animation d’un portail numérique, à la fois plateforme et bibliothèque (permettant la mise en réseau et la mutualisation des moyens et travaux de toutes les associations et organismes oeuvrant sur la matière bretonne).

 

- la promotion de l’audiovisuel de Bretagne en relation avec les structures de ce secteur.

 

Par ailleurs, l'UDB rappelle la nécessité de mettre en œuvre des conventions triennales ou quadriennales entre ces associations et les financeurs afin de permettre un travail sérieux et d'inscrire l'action culturelle bretonne dans le temps.

 

L'UDB restera évidemment vigilante sur le périmètre d'action de ces structures. Le Conseil régional ne doit pas en effet réduire son action à la Région administrative. Lors de la dernière session, le CCB a d'ailleurs demandé que l'institution régionale ne confonde pas « Bretagne » et « Région Bretagne ». Il convient de rappeler que les outils de la Charte concernaient les cinq départements bretons.

 

Naig Le Gars, conseillère régionale, référente Culture et langues de Bretagne

Herri Gourmelen, président du groupe des élus UDB

Publié dans Culture et Sport

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article