Comment la pénurie d'électricité est planifiée en France?

Publié le par Groupe des élus UDB

Guyonvarch -Christian- Com.R-gion[1]Christian GUYONVARC'H
conseiller régional - kuzulier rannvro
groupe des élus UDB ~ Autonomie et écologie

skipailh dilennidi UDB ~ Emrennerezh hag ekologiezh
intergroupe Europe écologie Bretagne
Rue Franz Heller - Straed Franz heller
35000 RENNES -35000 ROAZHON

 

 

 

Communiqué de presse
Brest, le 10 novembre 2011

 


Comment la pénurie d’électricité est planifiée en France

 


Le secrétaire du comité central d’entreprise de RTE (Réseau transport d’électricité), David Ortal, représentant du personnel, vient d’adresser un message d’alerte aux élus nationaux et territoriaux au sujet de la dégradation des conditions de maintenance du réseau de distribution de l’électricité en France.


Cette mission est confiée à la société RTE EDF Transport, plus connue sous sa marque commerciale RTE. Depuis le 1er septembre 2005 il s’agit d’une société anonyme, filiale à 100% d’EDF, laquelle, chacun le sait, est le producteur et fournisseur d’électricité historique en France, toujours leader sur le marché mais désormais placée en situation de concurrence.

 

RTE, gestionnaire du réseau, est à ce titre chargé de l’entretien, de l’exploitation et du développement du réseau de transport de l’électricité. Or, le secrétaire du comité central d’entreprise de RTE écrit dans sa lettre aux élus que la direction de l’entreprise « prévoit le transfert à la sous-traitance des contrôles de conformité des équipements ainsi que l’abandon d’une grande partie de la maintenance préventive ». David Ortal explique que « les contrôles de conformité permettent de s’assurer du bon fonctionnement des équipements avant de les connecter au réseau Haute Tension. Quant à la maintenance préventive, elle permet non seulement la formation permanente du personnel, mais aussi la prévention du vieillissement des matériels. L’abandon de la maintenance préventive au profit de la maintenance curative (qui se fait donc après défaillance) et le transfert des contrôles de conformité à la sous-traitance sont les fruits d’une politique de gestion du risque, mise en place par la direction de RTE, pour qui « ça coûte moins cher de payer de temps en temps les usagers lésés plutôt que de faire en sorte qu’ils ne le soient pas ».

 

L’expertise indépendante commanditée par les élus du comité central d’entreprise a conclu à la nocivité de cette réforme et a mis en exergue les dangers qu’elle recèle pour l’avenir du réseau de transport d’électricité ».


On ne peut qu’être frappé par la simultanéité qui existe entre la remise en cause de la maintenance préventive du réseau de distribution de l’électricité par la direction de RTE, filiale à 100% d’EDF, et les discours répétitifs sur les risques de délestage, autrement dit de « black-out », sur ledit réseau qui sont tenus tant par la classe politique dirigeante (le ministre Eric Besson vient de nous en fournir un nouvel exemple) que par les producteurs et fournisseurs d’électricité. Parmi ces derniers, évidemment, on retrouve EDF qui bataille ferme pour décrocher l’appel d’offres lancé par l’Etat pour la construction et l’exploitation d’une centrale électrique à gaz de 450 MW dans le Finistère. Vous avez dit conflit d’intérêts ? 


Ne soyons pas naïfs pour autant. Les concurrents d’EDF ont tout autant intérêt qu’elle à ce que la demande d’électricité augmente, quitte à ce que ce soit au prix de pertes accrues en ligne à cause d’une dégradation du réseau de distribution. Plus la demande enflera, plus gros sera le gâteau à se partager et toujours plus heureux seront les actionnaires.


Plus que jamais la course sans fin au productivisme et à la consommation, dont les laudateurs agitent frénétiquement le chiffon rouge du risque de pénurie, profite d’abord et avant tout à des intérêts puissants dont la hantise est que la demande globale d’électricité puisse diminuer grâce à des politiques publiques coordonnées, fortes et constantes en faveur des économies et de l’efficacité énergétique. Je dénonce ce non-dit de la politique en France et en Bretagne qui a pour conséquence principale une augmentation des budgets chauffage et électricité des ménages et une montée intolérable de la précarité énergétique.


Christian GUYONVARC’H
Conseiller régional de Bretagne / Kuzulier-rannvro Breizh
groupe Union démocratique bretonne, autonomie et écologie)

Publié dans Energie

Commenter cet article