EDF, homme à tout faire du pacte électrique breton

Publié le par Groupe des élus UDB

Bannière Intergroupe EEB-UDB

 

Communiqué de presse

28 octobre 2011

Pacte électrique breton

 

EDF, homme à tout faire du pacte électrique breton

Lors de la Commission Permanente du Conseil régional de Bretagne du 27 octobre 2011, une convention entre la Région Bretagne et EDF, dans le cadre de la mise en œuvre du pacte électrique breton, était soumise à la délibération des élu-e-s.

EDF, principal producteur d'électricité français, principal marchand d'électricité, candidat pour la construction d'une centrale électrique à gaz dans le Finistère, prévue par ce même pacte électrique, se voit missionné par la Région pour engager les programmes de maîtrise des consommations électriques. EDF prendra notamment en charge la "sensibilisation des acteurs bretons... à la modération de la consommation d'électricité" et les diagnostics de rénovation thermique sur les parcs de maisons chauffées à l'électricité.

Les conseiller-e-s régionaux Europe Écologie Les Verts et Union Démocratique Bretonne dénoncent un conflit d'intérêt évident : comment croire qu'EDF, dont le chiffre d'affaires provient essentiellement de la vente d'électricité, puisse être un contributeur sincère à des actions significatives de réduction des consommations électriques en Bretagne? D'ailleurs la convention passée avec la Région fait une impasse totale sur les outils tarifaires d'effacement des pointes de consommation que sont les tarifs EJP et TEMPO.

Cette convention est un cadeau pour EDF et confirme que la volonté de construire une nouvelle centrale électrique à gaz en Bretagne est d'abord motivée par des intérêts économiques plutôt que par l'intérêt général. Les objectifs affichés dans cette convention pour la réduction des consommations électriques sont d'ailleurs dérisoires et ne devraient toucher que 1 000 ménages par an.

Si la lutte contre la précarité énergétique n'est donc pas la priorité dans cette convention entre EDF et la Région, lors de cette Commission Permanente la Région Bretagne a néanmoins trouvé les moyens d'acter une subvention annuelle de 750 000 euros (un supplément de 300 000 euros aux 450 000 euros déjà votés en mars dernier) pour l'équipe cycliste professionnelle Bretagne-Schuller. Tout le monde n'a semble-t-il pas pris la mesure de la crise, de la précarité grandissante de la population bretonne, et du nécessaire changement qu'elle impose .

 

Janick Moriceau

pour le groupe Europe Écologie Les Verts

Christian Guyonvarc'h 

pour le groupe Union Démocratique Bretonne


Publié dans Energie

Commenter cet article