Jeremy Rifkin répond à Sarkozy: le nucléaire, c'est fini!

Publié le par Groupe des élus UDB

Jeremy_Rifkin_2009_by_Stephan_Rohl.jpg

Le président de la FOET, Fondation pour les tendances économiques, répond à Nicolas Sarkozy : le nucléaire c'est fini !

 

Dans une interview accordée à Cartoradiations, l’Américain Jeremy Rifkin, président de la Fondation pour les tendances économiques à Washington (le FOET), déclare: « Je préside un groupe de 120 des plus grandes entreprises du monde dans le domaine de l'informatique, des transports, de la logistique, de l'énergie, de la distribution d'électricité, de la construction [...], ces sociétés savent que le nucléaire est mort... »

 

Et il donne les cinq raisons qui vont dans le sens de son affirmation :

1) « Il y a actuellement 443 centrales nucléaires sur la planète qui fournissent 6% de l'énergie totale. Pour avoir une influence sur le réchauffement climatique, -argument dont se servent les nucléocrates-, il faudrait que le nucléaire produise 20% de l'énergie mondiale, soit un parc de 1500 centrales nucléaires dans les 25 ans à venir. Irrationnel ! En effet, l'Agence internationale de l'énergie atomique estime que nous allons vers un déficit majeur en uranium vers 2025/2030 pour les 443 centrales actuelles. De plus, la raréfaction de l'uranium va faire exploser ses cours. »

2) « Le problème des fuites de  Fukushima est venu des barres nucléaires exposées, pas des réacteurs, ni des cœurs des réacteurs ». Ce qui veut dire que 443 Fukushima sont possibles sur la planète, car dans toutes les centrales, les barres sont exposées.

3) la question des déchets : l'industrie nucléaire a plus de 60 ans et elle ne sait toujours pas traiter les déchets qu'elle produit. Dans mon pays -les USA- dit le président de la FOET, nous avons investi 8 milliards de dollars en 18 ans pour creuser une voûte dans la montagne Yucca. Aucun déchet nucléaire n’a pu y être stocké pour 10.000 ans comme promis, car il y a eu des problèmes graves à cause du mouvement des plaques tectoniques ».

4) « La France a créé une nouvelle génération d'énergie pour les centrales nucléaires : le plutonium par recyclage de l'uranium. La France entend-elle assurer la dissémination du plutonium partout sur la planète, dans un monde si peu sûr ? »


5) Les Français doivent savoir, dit-il, que 40% de toute l'eau potable consommée dans toute la France est utilisée pour refroidir les réacteurs nucléaires. Quand cette eau est rejetée, elle est chaude et déshydrate les écosystèmes.

 

Mais Jeremy Rifkin est confiant dans la capacité de résistance et de réaction de l'individu face aux monopoles de toute nature, à commencer par ceux de l'énergie et du nucléaire. « Des millions de petits sont plus forts qu'un gros monopoliste », dit-il. Les exemples de l'Allemagne ou de la Suisse constituent un précieux encouragement à cet égard.

L'Union démocratique bretonne, engagée dans la lutte contre le nucléaire et pour l'autonomie énergétique durable depuis plus de quarante ans, se retrouve entièrement dans le jugement de Jeremy Rifkin pour qui « le nucléaire correspond à une pensée du 20éme siècle centralisée », en contradiction totale avec les nécessités des sociétés modernes.

 

 

pour l'UDB,
Mona Bras, porte-parole.

 

Pour les élus régionaux,

Herri Gourmelen, président du groupe.

 

 


Publié dans Energie

Commenter cet article