Justice sociale et justice territoriale sont indissociables

Publié le par Groupe des élus UDB

photo élus UDB CRB

Tribune libre parue dans Ouest-France du 5 septembre 2011

 

Révélateur d'une forte concentration géographique des activités économiques et de la richesse financière en France, le PIB (produit intérieur brut) par habitant de l'Ile-de-France est supérieur de 45% à la moyenne nationale. C'est dans ce contexte que le gouvernement a décidé d'utiliser la contre-réforme territoriale voulue par Nicolas Sarkozy pour opérer un véritable hold-up sur les ressources des régions dites « périphériques », dans le but probable de financer le projet pharaonique du Grand Paris (35 milliards €).

 

Une étude du cabinet Ressources Consultants Finances, réalisée à la demande de Pierrick Massiot, vice-président aux finances du Conseil régional de Bretagne, établit que dans le cadre du projet de loi de finances pour 2012 le gouvernement veut profiter de la suppression de la taxe professionnelle, dont les bases et le taux étaient fixés par les collectivités, et de son remplacement par une contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), dont les bases et le taux sont fixés par l'Etat, pour alimenter le budget de l'Ile-de-France à partir des prélèvements opérés dans les autres régions. Selon plusieurs scénarios de croissance le gain net pour l' Ile-de-France se situerait entre 128 et 354 millions € par an à l'horizon 2020. Pour une région comme la Région Bretagne, qui connaît pourtant le plus petit budget par habitant de France, la perte de ressources serait de 24 à 57 millions €.

 

L' UDB dénonce la double logique libérale et centralisatrice qui consiste à « prendre aux pauvres pour donner aux riches ».

 

Il est clair qu'un tel racket fiscal au détriment des régions périphériques n'est concevable en France qu'en raison de la nature jacobine et hypercentralisée du pouvoir politique et administratif. Une régionalisation digne de ce nom interdirait ces manoeuvres. C'est pourquoi nous voulons l'avènement d'une 6ème république, parlementaire, fédérale et solidaire avec tout à la fois un haut niveau d'autonomie régionale et une péréquation fiscale entre les régions.

 

Nous n'avons pas pour adversaires les Franciliens. Nous sommes bien conscients des très fortes inégalités de ressources qui se perpétuent et s'aggravent à l'intérieur de l'Ile-de-France, tant entre les personnes qu'entre les quartiers ou les collectivités. Mais c'est d'abord et avant tout au sein même de la région la plus riche de France, et de loin, que les pouvoirs publics doivent mettre en action des mécanismes de redistribution. Les moyens sont là, immédiatement disponibles, encore faut-il vouloir les mobiliser.

 

Herri Gourmelen, Mona Bras, Kristian Guyonvarc'h, Naig Le Gars

conseillers régionaux du groupe UDB- autonomie et écologie.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article