Le breton selon Nicolas Sarkozy

Publié le par Groupe des élus UDB

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/Flickr_-_europeanpeoplesparty_-_EPP_Summit_October_2010_%28105%29.jpgCommuniqué de presse,

Brest, le 21 février 2012

 

 

Nicolas Sarkozy, menteur et manipulateur, assimile les promoteurs du breton aux tenants du communautarisme religieux

  
Nicolas Sarkozy, dans son discours de Marseille, assimile les promoteurs de la langue bretonne et de toutes les langues dites "régionales" à des tenants du communautarisme religieux. Sarkozy est pris sur le fait dans un délit de mensonge et de manipulation.
 
Sarkozy est un menteur car la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, créée par le Conseil de l’Europe en 1992, ne concerne nullement les langues issues des migrations extra-européennes récentes (1). Cette charte, que 24 Etats ont signée et ratifiée dont 17 des 27 Etats membres de l’Union européenne, concerne explicitement les langues régionales, de métropole et d'outre mer, et les langues minoritaires pratiquées depuis des siècles en Europe telles que le yiddish et le rromani (langue des Roms).
  
Sarkozy est un manipulateur car, dans un parallèle honteux qui le déshonore, il exploite la question des langues régionales pour nourrir les peurs provoquées par les dérives communautaristes d'extrémistes religieux.

Sarkozy, qui a la prétention de délivrer des leçons de patriotisme, est un agitateur professionnel dont toute la stratégie consiste à semer les germes de la division, à opposer les uns aux autres dans le but d’imposer l’idée qu’il serait le seul à même d’éteindre les incendies qu’il a lui-même déclenchés. La politique démagogique de ce pompier-pyromane doit être dénoncée par tous les démocrates. Sarkozy ne mérite pas d’occuper les fonctions qui sont les siennes depuis 2007.  Sarkozy, dehors! Sarkozy, er-maez!
 
Naig LE GARS et Christian GUYONVARC’H
Conseillers régionaux de Bretagne, groupe UDB autonomie et écologie

 
(1) Article 1 – Définitions. Au sens de la présente Charte : (…) elle n’inclut ni les dialectes de la (des) langue(s) officielle(s) de l’Etat ni les langues des migrants.
 
Extrait du Discours de Nicolas Sarkozy le dimanche 19 février à Marseille
 (pages 10 et 11)
  
"(...) Quand on aime la France, on veut que la France soit maîtresse de son destin et maîtresse chez elle.
 
Quand on aime la France, on ne propose pas de ratifier la charte des langues régionales et minoritaires qui n'a pas pour but de faire vivre les langues régionales mais de reconnaître des droits linguistiques à toutes les minorités et de les placer sous le contrôle d'une Cour européenne qui jugera sans tenir compte de notre histoire nationale et de notre tradition républicaine.
 
C'est le communautarisme qui est au bout du chemin et pas la défense d'un magnifique patrimoine de langues et de cultures qui font la richesse de notre pays.
 
Je veux défendre ce patrimoine. Je veux m'opposer à toute dérive communautariste parce que cette dérive ruinerait des siècles d'efforts et de sacrifices pour nous construire un Etat, une Nation, une République dont nous pouvons être fiers et dont nous tirons notre force et notre intelligence collectives.
 
Je me souviens de ceux qui, il n'y a pas si longtemps, refusaient l'interdiction de la burqa parce que leurs convictions n'étaient pas assez fortes (...)".

Publié dans Communiqués de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article