Photovoltaïque : la Région Bretagne doit contribuer

Publié le par Groupe des élus UDB

photovoltaique en bretagne

 

communiqué de presse  

Le 10 mai 2011

 

Photovoltaïque : la Région Bretagne doit contribuer à relancer la dynamique en redonnant de la visibilité aux utilisateurs et aux opérateurs économiques

 

Les « Journées européennes du solaire » se tiennent du 9 au 15 mai. Cette 4ème édition se déroule en France dans un contexte de morosité et d’inquiétude. Le moratoire décidé par le gouvernement en décembre 2010 puis l’arrêté du 4 mars 2011 qui a fixé le principe d’une révision des tarifs de rachat de l’électricité tous les trimestres ont fortement perturbé le secteur, créant un climat d’incertitude, gelant les carnets de commande. Des entreprises ont d’ores et déjà déposé le bilan, d’autres ont dû licencier. C’est l’émergence d’une filière encore fragile qui est remise en cause par les incohérences du gouvernement.

 

Pourtant le photovoltaïque, longtemps marginalisé dans ce pays, représente dorénavant 4.000 emplois directs en Région Bretagne (leader du photovoltaïque dans la moitié nord de la France), soit 1/6è des effectifs français. Ces emplois se situent pour l’essentiel dans quelque 1.200 petites entreprises artisanales d’installation et de maintenance, la Région ne comptant qu’un seul concepteur-producteur : l’entreprise Sillia Energie de Lannion (65 salariés) qui a récemment investi dans une 2ème chaîne de montage.

 

Le « pacte électrique breton » a fixé des objectifs de 250 MW en 2015 et 400 MW en 2020. Ces objectifs sont à l’aune de ceux, modestes, fixés par l’Etat à l’échelle de la France : 5.400 MW en 2020. En Allemagne les objectifs sont presque 10 fois supérieurs (50.000 MW). Il est vrai que l’Allemagne peut déjà s’appuyer sur une puissance installée de 17.300 MW pour seulement 1.160 MW en France (chiffres fin 2010). En Allemagne la filière du photovoltaïque (conception, fabrication, installation-maintenance) emploie d’ores et déjà 8 fois plus de salariés qu’en France : 200.000 contre 25.000. En Saxe, région issue de l’ex-Allemagne de l’est et liée par un accord de coopération avec la Région Bretagne, le photovoltaïque a fortement contribué à moderniser l’économie en assurant 3.500 emplois rien que dans la conception et la production.

 

Face aux signaux contradictoires envoyés par l’Etat, les élus régionaux de l’UDB doutent que les objectifs du « pacte électrique breton », même modestes, ne soient jamais atteints si la Région ne contribue pas à relancer la dynamique par des mesures qui puissent redonner confiance aux utilisateurs et aux opérateurs économiques.

 

La plupart des Régions françaises ont pris les devants en créant des dispositifs d’aides aux particuliers, aux entreprises utilisatrices et aux collectivités locales. Ce n’est pas encore le cas de la Région Bretagne. Deux Régions (Languedoc-Roussillon et Poitou-Charentes) ont même créé un fonds de sauvetage pour les entreprises du secteur.

 

Le groupe UDB au Conseil régional préconise les mesures suivantes :

- la création d’un dispositif régional (temporaire) d’aide à l’installation chez les particuliers, avec une aide individuelle de 500 €. Le marché des particuliers est le plus accessible aux entreprises bretonnes qui sont de petite taille,

- une mobilisation des aides existantes pour les entreprises bretonnes en difficulté et, au besoin, la création d’un fonds régional spécifique sous la forme d’avances remboursables,

- la mise en œuvre d’une « charte régionale de qualité », qui engage les entreprises sur la qualité des matériaux et des installations,

- une campagne régionale de promotion du photovoltaïque.

- une mobilisation de la commande publique, les toitures des bâtiments publics représentant des milliers de M2 disponibles pour le photovoltaïque. La Région, qui vient d’engager un plan pour les lycées, et les autres collectivités ont la possibilité et la responsabilité d’activer plus fortement ce levier.

 

Pour les élus UDB ces mesures devront s’accompagner d’une structuration renforcée des acteurs économiques de la filière en Bretagne et d’une politique régionale en faveur de la formation professionnelle initiale et continue des installateurs.

 

Les élus UDB soumettront ces propositions au Conseil régional de Bretagne lors de sa prochaine session plénière, les 24 et 25 mai.

 

Herri GOURMELEN

Président de groupe

 

Christian GUYONVARC’H

Conseiller régional, référent énergie

Publié dans Energie

Commenter cet article