Plénière d'oct. 2010: données libres et coopération

Publié le par Groupe des élus UDB

NaigSession plénière des 21 et 22 novembre

Groupe UDB

Bordereaux « diffusion des données géographiques de la Région Bretagne » et « avenant n°1 à la convention cadre entre la Région Bretagne et les agences d’urbanisme et de développement bretonnes »

Monsieur le Président,

Notre groupe s’exprimera sur les deux bordereaux traitant de manière large de géographie à savoir celui sur la « diffusion des données géographiques de la Région Bretagne » et « l’avenant n°1 à la convention cadre entre la Région Bretagne et les agences d’urbanisme et de développement bretonnes ».

Tout d’abord, nous souhaitons féliciter ces deux initiatives qui, de notre point de vue, vont dans le sens d’une coopération régionale et barrent la route à cette tendance intempestive à se concurrencer entre villes d’une même région. Très concrètement, ce sujet à première vue secondaire de cette session n’en est pas moins important pour notre groupe qui s’oppose farouchement à la métropolisation et au projet de réforme territoriale de Nicolas Sarkozy. La Bretagne compte un tissu riche et dense de moyennes villes et la seule métropole de Rennes ne pourra en aucun cas porter une dynamique régionale.

Par ailleurs, « le libre accès, le libre usage, la libre exploitation » des données proposés dans ce bordereau, qu’il s’agisse de cartes ou de statistiques, par le public nous paraît également profitable à un enrichissement collectif et à un travail ensemble. La partage plutôt que la concurrence, la mise en commun plutôt que l’accaparement, voilà une philosophie que nous défendons. Il nous apparaît logique et sain que les bretons puissent bénéficier librement d’une information qu’ils ont eux-mêmes financée. Cela ne peut rendre notre institution que plus transparente.

Néanmoins, et dans le soucis d’une mise en cohérence de nos politiques, nous souhaiterions que les services du Conseil régional de Bretagne soient missionnés pour collecter l’information de notre cinquième département, la Loire-Atlantique. Nous distinguons la Région Bretagne de la Bretagne et constatons que les cartes mentales des bretons ont tendance à se calquer sur les frontières administratives. Pourquoi ? Parce que les statistiques sur cinq départements, si ce n’est militante, sont de plus en plus rares. A titre d’exemple, Le Télégramme de lundi dernier qui avait pourtant élaboré une belle carte du conflit social en Bretagne, Loire Atlantique comprise, affichait une carte judiciaire à 4 départements alors même qu’elle en compte 5 (rappelez-vous ce conflit qui fit plier le gouvernement). 

Nous demandons donc, une fois cet avenant signé que la coopération entre les agences d’urbanisme bretonne s’élargisse à l’AURAN, l’agence d’urbanisme de Nantes, et à l’ADDRN, l’agence de St Nazaire. Il n’y qu’ainsi que nos schémas de déplacement, que nos schémas portuaires et aéroportuaires, que nos schémas d’aménagement prendront tout leur sens.

Commenter cet article