Plénière d'oct 2010: schéma national des infrastructures de transport

Publié le par Groupe des élus UDB

SNIT.JPG

 

Conseil régional de Bretagne

Session plénière des 21 et 22 octobre 2010

Groupe UDB – autonomie et écologie

Intervention de Mona Bras

 

Avis sur le SNIT

  

Ce bordereau nous demande de donner notre accord sur la position de la Région Bretagne sur le SNIT, Schéma national  des infrastructures de transports.  

                                                                    

 

Notre intervention comprendra deux parties distinctes. Une critique du schéma de l’Etat pour commencer et ensuite notre point de vue sur l’avis de notre collectivité.

 

Concernant le Schéma national des infrastructures de transports, excusez-nous de l’expression, pais il nous scotche littéralement ! Il y a bien longtemps que nos grands intellectuels  parisiens, nourris  au sein du jacobinisme, n’avaient pas pondu un tel document. C’est bien simple, ce SNIT oublie la Bretagne ou presque.

 

L’esprit de ce document est le même que celui de la loi du 11 juin 1842, oui vous avez bien entendu : 1 8 4 2 ! Loi dont l’article premier commençait ainsi : «il sera établi un système de chemins de fer se dirigeant de Paris sur... ». Et suivaient toutes les destinations, dans toutes les directions. Directions en étoile, étoile pareille à celle qui sert aujourd’hui de logo officiel à la Région Île de France.

 

Les pages 107 et 108 du document présenté sont dignes de cette époque : hyper centralisée, parisianno-centrée. Sur l’une il est question des « Transports collectifs en province » sur l’autre des « Transports collectifs en  Île de France ». Comme si la France était divisée en deux, d’un côté la province, de l’autre Paris et sa couronne... A vouloir en permanence rapprocher  les régions de Paris, et y aller de plus en plus vite, si hier nous avions Paris et le désert français, aujourd’hui nous allons tout droit vers Paris et la banlieue française.

 

 Le 19ème siècle je vous dis ! Alors que nous sommes au 21ème siècle.

 

Et puis, à force de parler de périphéricité, de désenclavement, d’accessibilité de la Bretagne, nous en oublions ICI de construire NOS politiques en fonction de NOS besoins. Nous ne sommes  pas la province mais une région administrative mal coupée qui, n’en déplaise à nos élites  parisiennes ne se résume ni à Rennes, ni à la conurbation Rennes-Nantes.

 

De notre point de vue, la « révolution des transports initiée par le Grenelle de l’Environnement » pour reprendre les termes du SNIT, ne donne aucune perspective portuaire à notre région soit- disant maritime. 1,6% du budget qui, n’en doutons pas, ne seront consacrées qu’à Marseille et Le Havre. Et ce ne sont pas les miettes laissées à Nantes/St-Nazaire ou aux autres ports bretons qui changeront notre discours, d’autant que la Bretagne manque d’un schéma portuaire digne de ce nom. Cela dit, il ne fallait pas en attendre davantage  de la part d’un Etat toujours plus jacobin et dont le prisme de développement passe nécessairement par Paris.

 

Du point de vue environnemental, ce SNIT nous laisse entendre que les budgets seront redirigés vers le rail ;  ce qui, nous en convenons, est une sacrée prouesse de communication. En effet, si l’on en croit ce document, seuls 4,5% des investissements seront routiers. Quid des investissements des collectivités puisque l’Etat se décharge sur elles ? Quid de la SNCF dont on sait que le fret n’est franchement pas une priorité ? Là encore, la carte qui accompagne ce sujet est  révélatrice  de l’oubli de la Bretagne. Pour reprendre les termes de Monsieur Coatrieux de la CGT au CESER, « il semble assez évident que tous les projets routiers vont se réaliser, ceux ferroviaires et fluviaux continueront de faire rêver ». Nous partageons cette analyse. Ils feront rêver car ils ne sont pas considérés comme sérieux par la plupart de nos responsables politiques et surtout  pas par les responsables hexagonaux pour qui « bon projet » rime avec « grand projet ».

 

Pour les élus de l’UDB, il ne suffit pas de voir grand, il faut voir juste et loin. Ce schéma n’apporte aucune réponse aux demandes des Bretons, pas plus qu’elle ne répond aux spécificités bretonnes telles que le maillage urbain, la solidarité territoriale, la vocation maritime, et dans ces conditions il faut le rejeter pour signifier à l’Etat que ce schéma est d’une autre époque, une époque que nous voulons révolue !

 

Deuxième point de notre  propos, l’avis de la Région sur le SNIT de l’Etat :

 

Son contenu a évolué positivement lors de cette session.                                                                 

 

Cependant, Monsieur le Président, il faut qu’il soit concordant  avec ce que nous avons voté hier sur le financement du projet BGV, Bretagne à grande vitesse ;  car, si ARRIMER la Bretagne aux autres régions de France et d’Europe est une nécessité, IRRIGUER l’ensemble des territoires de la Bretagne en est une autre. Pour l’UDB, ces deux nécessités, arrimer et irriguer, n’en font qu’une.

 

L’avis de notre collectivité doit porter  les aspirations bretonnes  en matière d’aménagement du territoire, de transports et de déplacements.

 

Aussi, l’UDB vous propose de réagir en deux temps :

 

Premièrement, il faut émettre dès aujourd’hui un avis critique et négatif sur le SNIT.


Deuxièmement, il faut mandater rapidement la conférence des présidents pour élaborer un document traduisant  les  aspirations bretonnes en matière d’aménagement du territoire, de transports, de déplacements. Ce document sera porté par l e « consensus breton » que nous avons tous évoqué hier et dont tous les groupes politiques se revendiquent dans cette assemblée.


Du point de vue stratégique de la défense des intérêts bretons, il s’agira d’une réponse forte par rapport à ce SNIT vraiment d’une autre époque, d’un autre siècle.

 

Monsieur le Président, mon  collègue Herri Gourmelen reprendra la parole en fin de débat afin de vous donner notre explication de vote.

 

Je vous remercie de votre attention. 

Publié dans Transport

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article