Question orale: situation de l'enseignement privé catholique

Publié le par Groupe des élus UDB

Conseil régional de Bretagne

Groupe UDB – autonomie et écologie

13C, rue Franz Heller

35000 RENNES

                                                                                                         

Question orale proposée à la plénière du Conseil régional de Bretagne des 20 et 21 octobre 2010

Intervenante : Naig Le Gars

 

Objet : enseignement bilingue dans l'Enseignement Catholique

 

Monsieur le Président,

 

Nous tenons à vous faire part de notre grande inquiétude concernant la situation de l'enseignement bilingue dans l'enseignement catholique. L'association Dihun vous a d’ailleurs  alerté sur ce sujet. Rappelons que les chiffres de la rentrée établissent une baisse des effectifs pour la première fois depuis 20 ans.

 

Si la Région ne peut intervenir dans les choix du conseil académique de l'enseignement catholique en matière de fermetures (6 depuis 2004), voire de refus d'ouverture comme à Etel cette année, malgré 32 inscriptions, elle peut et doit demander le respect des engagements pris dans l'utilisation des subventions régionales, notamment pour  la formation des enseignants.

 

Nous constatons en effet que l'Enseignement Catholique a refusé la mise en place d'un master bilingue CFP/UCO. Le seul master monolingue proposé (à Brest) ne comportera qu'une option langue bretonne de 209 heures sur 2 ans, en plus et en dehors du cursus normal du master. Cette formation minimale, soit 110 heures de moins que dans la formation précédente au sein des CFP, qui était (et est toujours) financée par la Région ne permet pas de former les enseignants bilingue dont l'Enseignement Catholique a besoin. Il en résulte une grande défection au niveau des inscrits à la rentrée 2010 : 5 en M1 et 2 en M2, celui-ci ne pouvant donc se tenir.

 

Vous comprendrez que ces éléments constituent une menace pour la pérennité de la filière bilingue dans l'enseignement catholique. Face à cette situation, il y va de la responsabilité et de la crédibilité de la Région puisque celle-ci finance de manière conséquente le comité Académique de l'Enseignement Catholique (200.000 euros engagé) pour le développement et la formation bilingues. Il conviendrait de réorienter cette aide dans un sens plus conforme aux engagements pris de part et d'autre ou de la suspendre s'ils ne sont pas tenus.

 

En conséquence, nous vous demandons, monsieur le Président, d’agir afin de sortir de cette impasse.

Publié dans Questions orales

Commenter cet article