Session plénière d'octobre 2011: question orale

Publié le par Groupe des élus UDB

 

Conseil régional de Bretagne

 

séance plénière des 20 et 21 octobre 2011

 

question orale

posée par le groupe UDB, autonomie et écologie

 

 

Monsieur le Président,

 

Lors de la session du 21 septembre 2011 consacrée à la « charte d'engagement pour les jeunes en Bretagne » le Conseil régional a adopté, à la faveur d'un amendement, la disposition suivante (page 56 – 2.1.7. Développer l'enseignement et la formation bilingues):

 

« Le Conseil régional agira pour que les mesures les plus avantageuses en faveur de l'enseignement des langues régionales et des formations professionnelles en langues régionales auxquelles l'Etat est partie prenante, en particulier en Corse et au Pays basque, soient mises en oeuvre en Bretagne, Loire-Atlantique comprise ».

 

Concrètement en Corse, depuis la signature par l'Etat et la Collectivité Territoriale de Corse, le 30 octobre 2007, d'une convention sur six ans (1), l'Etat est engagé dans la mise en oeuvre d'une politique qui consiste en une « généralisation progressive de l'enseignement bilingue à partir de l'école maternelle » et, dans une étape intermédiaire, à proposer un enseignement de la langue corse à tous les enfants scolarisés, sauf ceux dont les parents s'y opposent expressément. Il s'agit donc d'une politique fondée non pas sur l'obligation mais sur une offre d'enseignement généralisée.

 

Cette politique, si elle n'a pas encore atteint complètement son objectif du fait d'un nombre insuffisant d'enseignants compétents, n'en est pas moins une réussite puisque 98% des élèves du premier degré ont accès à un enseignement du corse, plus de 50% ont 3 heures ou plus de corse par semaine et 20% reçoivent un enseignement bilingue. Toutes les écoles maternelles d'au moins 4 classes disposent d'une filière bilingue. Dans le secondaire 72% des élèves de 6ème et 50% des collégiens reçoivent un enseignement de corse, 12 % des collégiens suivent un enseignement bilingue. Au lycée 20% des élèves reçoivent un enseignement de corse. Cette politique s'applique aussi aux filières d'apprentissage.

 
Ces résultats intermédiaires sont d'autant plus remarquables que jusqu'aux années 2000 la Corse était en retard sur d'autres territoires en matière d'enseignement bilingue, à savoir le Pays basque français, l'Alsace et même la Bretagne.

 

En Corse l'enseignement de la langue corse reçoit de l'Etat une dotation annuelle de 9 millions €, contre 11 millions € pour les mathématiques et 12 millions € pour le français (2). Cette politique propre à la Corse, composante de la République française, est revendiquée par le recteur d'académie comme facteur d'explication des bons résultats de l'académie dans l'apprentissage du français.

 

Monsieur le Président, en application de la délibération prise par le Conseil régional le 21 septembre 2011, êtes-vous disposé à proposer à notre assemblée une démarche officielle auprès de l'Etat afin d'obtenir une offre généralisée de l'enseignement du breton et un développement de l'offre d'enseignement du gallo dans l'académie de Rennes et en Loire-Atlantique, département couvert par la Charte culturelle de 1978 qu'ont signée la Région, les cinq conseils généraux et l'Etat?

 

 

  1. http://www.corse.fr/Les-2-axes-du-PRDF-lingua-e-cultura-corse_a509.html

 

  1. http://www.corsematin.com/article/corte/michel-barat-%C2%AB-lexemple-de-ce-quil-faut-faire-ailleurs-%C2%BB

Publié dans Questions orales

Commenter cet article