Session plénière de décembre 2010: DOB suite

Publié le par Groupe des élus UDB

 

Naig

Naig le Gars – Plénière CRB – décembre 2010.

 

 

Je m'exprimerai sur les missions III et IV au nom des 2 groupes : UDB et EELV.


Ce débat d'orientation budgétaire intervient dans un contexte social très préoccupant, qui rend bien dérisoire nos dispositifs régionaux en matière de formation et de retour à l'emploi.


En effet, alors que nous élaborons le contrat de plan régional de développement des formations (le PRDF), on assiste à des mesures antisociales, aux conséquences très graves. Je veux parler du non renouvellement des contrats aidés (dits contrats uniques d'insertion), et à la suppression des mesures d’accompagnement aux emplois d'aide à la personne. Dans les 2 cas, ce sont des milliers d'emplois qui sont menacés. Ce qui est un énorme gâchis !


La Région peut difficilement s'opposer à ces coupes sombres de l’Etat. Pour autant, nous suggérons que les MFP interviennent auprès de leurs partenaires (pôle emploi notamment) pour soutenir à la fois les personnes et ses emplois. Peut-être pouvons-nous également activer le dispositif emplois associatifs pour les emplois culturels.

 

Sur la mise en place du service public de la formation, nous voulons profiter de l'intégration de l'AFPA dans le plan de formation régional, pour demander que soit mis fin à la procédure de marché public. Les 2 notions: service public et marché public sont en effet contradictoires et incompatibles déontologiquement et socialement. Nous demandons donc qu'à l'instar de plusieurs régions, la Région Bretagne adopte la procédure du mandatement. Cela lui permettrait de mieux définir et maîtriser son offre de formation, selon la nomenclature amendée par notre groupe.


Sur la question de l'orientation, qui fait aujourd'hui l'objet d'une restructuration importante, et pas toujours concertée, nous souhaitons la mise en place d'un grand service public régional de l'orientation, doté de moyens importants et efficients.


Cependant, le regroupement des différents services, ne doit être l'occasion d'en supprimer certains, comme les CIO, dont la mission est très spécifique.


A propos de l'apprentissage, nous dénonçons la politique du Rectorat, qui vise « pour la rentrée 2011 et les années suivantes, à une réduction du nombre de formations de niveau V, dans l'Éducation Nationale. On comprend bien ce que cela implique : l'EN veut se débarrasser de l'enseignement professionnel, et plus particulièrement des CAP, au profit des centres d'apprentissage.


Cette politique va accentuer les inégalités déjà constatées par l'enquête menée par l'OCDE, et connue sous le nom de FISA, qui classait la France comme mauvaise élève en la matière.


Ce constat nous amène également à remettre en question la notion d'égalité des chances, notion passe-partout et hypocrite, pour lui substituer celle de « réussite pour tous », plus volontariste et ambitieuse.


Elle doit s'incarner à terme dans un service public régional de l'enseignement, incluant l'enseignement bilingue, toujours malmené et bridé par le rectorat, ainsi que l'enseignement professionnel et technologique.


Sur l'enseignement supérieur, nous appelons à la vigilance à propos du grand emprunt. Nous sommes sans doute obligés d'y souscrire, mais sans nous soumettre à la vision discriminante qu'il induit, trop basée sur l'excellence et la concentration.

Publié dans Budget

Commenter cet article