Session plénière de décembre 2010: EPCC écoles d'Art

Publié le par Groupe des élus UDB

logo-esa-quimper.gif

 

 

Conseil Régional de Bretagne

Groupe UDB – Autonomie et écologie

13C, rue Franz Heller

35700 RENNES

 


 

Intervention de Naig Le Gars

 

Création d'un établissement public de coopération culturelle « école supérieure européenne d'Art de Bretagne » et adoption des statuts.

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Notre groupe est favorable, comme toujours, aux projets renforçant la cohésion régionale et permettant le travail collectif entre les villes de Bretagne plutôt que de laisser faire les concurrences stériles. Ce projet d'EPCC en fait partie. Nous ne pouvons qu'applaudir la création d'une école d'Art bretonne fonctionnant, de surcroît, de façon multipolaire et non centralisée à Rennes comme il est de coutume quand il s'agit de parler de « Bretagne ». Là encore, nous ne pouvons que nous féliciter de ce choix de proximité, mais pas localiste. Il répond et propose une alternative aux privatisations larvées des universités portées par la Commission Européenne et défendues par l'Etat.

 

Cependant, certains aménagements dans les statuts de cet EPCC nous paraissent fondamentaux si l'on souhaite que notre institution soit cohérente avec elle-même.

 

En premier lieu, cela ne vous étonnera pas, nous demandons l'intégration de l'école d'Art de Nantes dans cet EPCC. Si cette exigence n'est pas satisfaite, nous demanderons (et ce n'est pas une simple question de rhétorique) le changement de nom de cet EPCC. Il est en effet difficile, malgré les nombreux vœux, de faire comprendre au Conseil régional de Bretagne la différence entre « Bretagne » et « Bretagne administrative ». Il ne suffit pas de dire, il faut agir en conséquence. Notre institution a encore de nombreuses marges de manœuvre pour faire avancer cette idée de réunification.

 

Nous reprendrons ensuite à notre compte les remarques de Mme Marie-Pierre Sinou, représentante CFDT au CESER demandant une meilleure représentation tant des étudiants que du personnel. Si nous voulons éviter un EPCC trop administratif, si nous voulons garantir une gestion vivante, il convient qu'il y ait au minimum un étudiant(e) et un représentant(e) par site afin de respecter au mieux la diversité de cet EPCC.

 

Je vous remercie.

 

Publié dans Culture et Sport

Commenter cet article