Session plénière de décembre 2011: forum mondial de l'eau

Publié le par Groupe des élus UDB

forum-mondial-sur-l-eau.jpg

Conseil régional de Bretagne

Session plénière des 15 et 16 décembre 2011

Groupe UDB

Intervention de Mona Bras

 

 

Forum mondial de l'eau




Monsieur le  Président, messieurs les vice-présidents à l'environnement à l'agriculture, chers collègues,

 

Trois remarques.


La première : le Forum et son financement par les multinationales de l'eau.


L’Ecolo-opportunisme des marchands de l’eau tels que Veolia ne dupe personne. Ce sont bien les multinationales de l'eau, via le Conseil mondial de l’eau, qui sontles organisateurs quasi-officiels du Forum…L’eau est un bien commun et public fondamental qui ne doit pas être traité comme une marchandise. En France, l’Ecole française de l’eau fait qu’aujourd’hui la majorité des communes et des habitants est desservie par des opérateurs privés. Il est à noter que depuis quelques années, la retour en gestion publique se fait pressant.

 

Ce mouvement s’amplifie en France et en Bretagne, il y a une vague de remunicipalisation de la gestion de l'eau, en France et ailleurs, et une grande majorité de contrats arrivent à échéance dans le présent mandat municipal, soit avant 2014. Il est dès lors indispensable que des discussions aient lieu en amont car beaucoup d’élus participeront aux deux forums, le forum officiel et le forum alternatif, tous les deux ayant leur place dans le paysage politique mondial. En Italie, lors du vote des trois référendum simultané des 12 et 13 juin, les Italiens avaient voté largement contre le retour au nucléaire, contre la libéralisation du secteur de l'eau et contre l'immunité parlementaire de Silvio Berlusconi. Avec la Révolution de Jasmin, le droit d'accès à l'eau a été inscrit dans la nouvelle constitution marocaine et pendant les épisodes de grandes manifestations populaires, un des slogans était "Véolia, dégage!" tant les politiques tarifaires et d'infrastructures de cette multinationale avait exaspéré les populations.

 

En France, après une bataille juridique de plusieurs années, le Conseil constitutionnel vient d’autoriser le département des Landes à favoriser dans ses subventions les communes qui choisissent la régie. Notre collectivité ne devait-elle pas épauler les communes ou EPCI qui font le choix  de la régie publique de l'eau ?  Les protagonistes de la mondialisation financière doivent être freines et empêchés dans leur volonté de conquête des services publics de l'eau.

 

La deuxième : les orientations et projets dans le domaine de l'eau en région Bretagne à mettre en exergue  lors du forum mondial de l'eau. Nous sommes surpris de constater que le domaine agricole en tant que tel est absent alors qu'à la session de  juin dernier, Thierry Burlot, vice-président à l'environnement, vous remerciait monsieur  le Président d'avoir à l'ordre du jour la Nouvelle alliance agricole et la stratégie régionale de gestion des eaux,  "tant ces dossiers sont intimement liés" disait-il. Pourtant notre collectivité  participe financièrement depuis des décennies aux différents programmes depuis le premier "Bretagne eau pure" jusqu'au dernier contrat de projet Etat-Région dont les contrats de basins versants du  GP5. 

 

fame.jpg

 

La troisième remarque : Le FAME, Forum alternatif mondial de l'eau se tiendra parallèlement au Forum officiel. La question se pose d’éventuelles passerelles entre les deux évènements qui traitent des mêmes enjeux mais pas sous les mêmes angles. Plus qu’éventuelles, ces passerelles sont nécessaires et souhaitables, et nombreux sont les élus qui participeront aux deux.

 

La place des autorités locales est centrale dans ce processus, et leur responsabilité est grande.

 

Ne pas tenir compte in fine de la réalité de l’existence de ce courant alternatif mondial qui a fait de l’eau un enjeu central planétaire, serait de notre point de vue une faute politique. Aussi souhaitons-nous que notre collectivité soutienne financièrement ce FAME.

 

Monsieur le Président, une fois exprimé ces remarques, depuis la reconnaissance par  l’ONU  en juillet 2010  du " droit à une eau potable salubre et propre comme un droit fondamental, essentiel au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme", la tenue de ce forum dans un contexte situé plus haut dans mon intervention, est un évènement auquel notre collectivité se doit de participer, soyons conscients que le diable se cache dans les détails, et que le détail c'est bien le financement par les multinationales de l'eau.

 

Notre groupe s'abstiendra sur ce bordereau.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article