Session plénière de décembre 2011: question orale

Publié le par Groupe des élus UDB

  http://federation-ps08.typepad.fr/.a/6a00d8341c26e253ef01156f5d79aa970b-800wi

 

Conseil régional de Bretagne

Groupe UDB – Autonomie et écologie

Session des 15 et 16 décembre 2011

 

 

Intervention de Naig Le Gars


Question orale, session plénière du Conseil régional de Bretagne des 15 et 16 décembre 2011.

 

Monsieur le Président, chers collègues,

Les derniers chiffres du chômage révèlent une situation extrêmement préoccupante. + 1,2% d’augmentation en France en octobre 2011. En Bretagne administrative, la hausse du chômage est de plus de 2% en octobre 2011. Sur 1 an, la hausse devrait dépasser les 5%, soit 6000 chômeurs en plus, et le chômage de longue durée s’aggrave. Deux catégories de personnes sont particulièrement touchées, les jeunes et les seniors. Pour ces derniers, la hausse du chômage devrait approcher les 15 % en 1 an. Le chômage est un fléau qui entraîne exclusion et pauvreté. Si les causes peuvent être multiples, chacun sait la responsabilité majeure des politiques ultra libérales qui nous ont conduits en grande partie à la récession actuelle. Il va de soi que nous n’acceptons pas le discours de l’actuel gouvernement qui voudrait nous persuader que la seule réponse réside dans l'austérité et les sacrifices imposés à ceux là mêmes qui sont les victimes de choix politiques désastreux.

Dans ce contexte, la Région doit s’interroger sur son rôle et les mesures à mettre en œuvre pour endiguer ou du moins réduire ce drame social. Nous proposons deux actions complémentaires des dispositifs existants.

Première action, un contrat de tutorat intergénérationnel. Pour les élus UDB, il est nécessaire de jouer la solidarité. Solidarité vis à vis des victimes du chômage, qui, pour les jeunes et les séniors, se trouvent trop souvent dans deux problématiques opposées : trop peu ou trop d'expérience. L’idée n’est pas nouvelle mais force est de constater qu’elle n'a pas pris corps jusqu'à présent. Aussi nous proposons de développer un outil d'insertion/formation pour les jeunes, en termes de savoir faire, de savoir être, d’apprentissages opérationnels - avec le maintien en emploi des seniors et la valorisation de la transmission des savoirs. Le salarié senior encadre, « tutore » un jeune salarié, favorise son intégration dans l’entreprise, transmet ses savoirs… ce qui est a priori valorisant ; en contre partie l’entreprise est aidée. La Région de par ses compétences peut accompagner sous l’angle de la formation et /ou de l’amélioration des conditions de travail. Ce type de contrat doit être aussi à réfléchir comme une mesure de frein au licenciement des salariés seniors ou d’accompagnement à la fin de carrière, y compris en termes de réduction du temps de travail du fait de la pénibilité de certains postes.

 

Les jeunes connaissent des difficultés réelles d’insertion professionnelle, notamment une plus grande difficulté à décrocher un premier travail. 15 000 jeunes quittent la région chaque année dont 10 000 pour chercher du travail et notamment les plus qualifiés, les mieux formés. Par ailleurs les entreprises hésitent à recruter sans expérience, de nombreux freins existent, si certains sont objectifs, d’autres sont plus subjectifs. Dans une pile de CV, le premier tri s’effectue trop souvent au regard du critère de l’expérience professionnelle et « les sans expérience » sont malheureusement mis de côté, renvoyés à une éventuelle seconde lecture. D'où notre seconde proposition. Nous proposons que la Région lance une grande opération de promotion autour du premier emploi des jeunes en direction des entreprises bretonnes. Nous avions déjà évoqué cette proposition lors de la session de septembre et rappelons notre disponibilité pour travailler concrètement sur ce projet.

Le contrat de tutorat intergénérationnel que nous proposons pourrait être une clause conditionnelle de soutien de la Région aux entreprises. De ce fait la Région et les entreprises seraient dans une démarche vraiment contractuelle. Notre collectivité mettrait ainsi en application l'engagement signalé dans le bordereau du DOB. Je cite : « Si la situation économique en Bretagne est largement dépendante de multiples paramètres sur lesquels la collectivité n'a pas de prise (…), elle peut, par une politique volontariste, contribuer à offrir aux acteurs économiques des atouts supplémentaires au service de leurs projets».

 

Merci, Monsieur le Président de vos réponses.

Publié dans Questions orales

Commenter cet article