Session plénière de février 2011: transports

Publié le par Groupe des élus UDB

Herri

 

 

Session Plénière des 3, 4 et 5 février 2011.

Intervention d'Herri Gourmelen

Mission 5

 

 

 

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Enjeux essentiels = budget en conséquence.

 

TER: satisfecit partagé: le TER, nous le savons, connait un vif succès en Bretagne. La question qui nous est posée est d'anticiper la croissance du nombre de voyageurs.

 

BGV: Notre volonté concernant BGV, vous le savez, a toujours été de relier la Bretagne aux autres régions de France et d'Europe, mais aussi de façon concomitante d'irriguer l'ensemble des territoires bretons, Loire-Atlantique comprise évidemment. Les propos de M. Massiot rapportés par Christian Guyonvarch hier laissent planer un doute. Dites nous clairement oui ou non. Oui ou non: pas plus de temps entre Quimper-Rennes qu'entre Rennes et Paris? 

 

FRET: Nous avions proposé un amendement sur la question du fret ferroviaire jugé « faiblard ». Je le lis: « la Région Bretagne doit se donner les moyens de bâtir un schéma fret, articulant sa façade maritime, la liaison mer/fer, l'écoulement des convois ferroviaires vers la France et l'Europe, en s'appuyant sur les différentes plates-forme portuaires bretonnes et particulièrement la plate-forme de Nantes-St Nazaire. Cette étude sera prise en compte dans le cadre des crédits de paiement consacrés aux Etats Généraux de la logistique et du fret ». Francement, qu'y-a-t-il de plus dans le texte du VP aux transports? Nous attendons donc des précisions sur le schéma fret et les Etats généraux de la logistique et du fret envisagés début 2011.

 

Bilinguisme. Par ailleurs, nous espérons que M. Lahellec engagera enfin le chantier promis à chaque session: celui du bilinguisme tant sur la signalétique dans les gares, que sur le matériel roulant (message aux voyageurs), que sur les distributeurs de billets... Madame la Vice-Présidente aux langues vient de nous annoncer que ce chantier allait aboutir, tant mieux.

 

Vocation maritime. D'abord une remarque d'ordre général. Qu'est-ce que concède la politique maritime française à la Bretagne? Rien! L'Etat a choisi de concentrer ses investissements maritimes sur deux ports: Le Havre et Marseille. Face à ce constat, comment la Bretagne entend-elle jouer sa carte?

 

Concernant les ports, le bordereau entend, je cite: « mettre les ports bretons en résonance et non plus en concurrence ». M. Le Président, vous avez annoncé votre volonté de travailler avec le port autonome de Nantes-St Nazaire. Dont acte. Vous conviendrez que cela a été la position des élus UDB depuis notre entrée au Conseil régional de Bretagne. Nous sommes très désireux de connaître la méthode que vous entendez mettre en oeuvre pour concrétiser cette volonté de convergence.

 

La Région investit pour « la modernisation des ports bretons » (de Bretagne administrative). C'est nécessaire pour le fonctionnement des ports, mais ce n'est qu'un élément parmi d'autres pour construire une politique maritime régionale. De notre point de vue, deux axes sont indissociables d'une politique ambitieuse.

 

Premier point: modifier la relation port-navires. Dit autrement: devons-nous continuer à adapter nos ports à des navires qui grandissent toujours plus (contraintes objectives)? Ou devons-nous, au contraire, prendre à contre-pied cette logique en imaginant des solutions pour doter la Bretagne d'une flotte de caboteurs adaptés à nos ports et au commerce Mer du Nord, Manche, Atlantique? A courir derrière Rotterdam, nous serons toujours perdants.

 

Deuxième point: offrir une stratégie commerciale maritime régionale associant l'ensemble des partenaires, publics et privés.

 

Seul ce triptyque « port-caboteur-stratégie commerciale » permettra, M. Le Président, de donner un contenu à votre objectif de « Port de Bretagne » qu'évidemment nous soutenons.

 

Parallèlement, sur la question des boues portuaires, en commission, nous avons appris qu'une étude avait été réalisée. A aucun moment, nous n'avons été informés de celle-ci alors qu'en groupe de travail PREDD, nous avions demandé à être associés.

 

Aéroports. Nous notons avec satisfaction la prise en compte de notre amendement sur la mise en oeuvre d'un schéma aéroportuaire breton. C'est un outil indispensable pour rationaliser les modes de transports et de déplacements en Bretagne. Avec le développement de BGV, cela ne peut qu'aboutir à la réduction du nombre d'aéroports commerciaux en Bretagne. Les collectivités bretonnes y gagneront de nouvelles marges de manoeuvre.

 

Nous rappelons notre désaccord sur l'engagement de la Région Bretagne à hauteur de 29 millions d'euros dans le financement de la plate-forme aéroportuaire de NDDL. Nous considérons que ce financement n'est pas du ressort de la Région Bretagne.

 

Sur la RN 164, depuis le début de la session, on assiste à une forme de jeu de poker entre vous et l'UMP. Les élus UDB relancent de 2 millions!

Publié dans Transport

Commenter cet article

Dominique Lehaut 08/02/2011 23:14


Nous rappelons notre désaccord sur l'engagement de la Région Bretagne à hauteur de 29 millions d'euros dans le financement de la plate-forme aéroportuaire de NDDL. Nous considérons que ce
financement n'est pas du ressort de la Région Bretagne.
Je ne comprend pas , l'UDB est contre NDDL? ou Naoned ne serait pas en Bretagne? Pour moi Naoned est en Bretagne ainsi de NDDL et la gestion des aeroports est du ressort de la Région. Kenavo
Dominique


Groupe des élus UDB 09/02/2011 11:00



Non, nous sommes toujours pour. Mais c'est un projet d'Etat et il n'a jamais été question de financer cette plate-forme avec l'argent du CRB. Setu tout.