Session plénière de juin 2011: rapport d'analyse par programme 2010

Publié le par Groupe des élus UDB

Naig

Conseil régional de Bretagne

Session plénière des 23 et 24 juin 2011

Groupe UDB

Rapport d'analyse par programme (RAP) pour 2010

Naig Le Gars

 

Monsieur le Président,

 

Ce rapport a un intérêt majeur, celui de participer à une meilleure compréhension des politiques régionales. Notre groupe retrouve dans ce rapport les points d'accord et de désaccord, qui ont motivé nos observations durant cette 1ère année de la nouvelle mandature. Il serait fastidieux de citer tous les programmes Je me contenterai de relever quelques aspects saillants.

 

Sur la mission 2, ce rapport reprend des éléments contextuels et notamment la montée en puissance de la logique d'appel d'offre qui se substitue de plus en plus à la logique de projet ou de plan. La politique publique en direction des territoires, livrée aux appels d’offre, confirme nos craintes en matière de concurrence entre les territoires, la logique libérale de plus en plus prégnante portée par l'actuel gouvernement au détriment d’un aménagement du territoire pensé et réfléchi. C’est très vrai et nous l'avons déjà dit pour la recherche et l’innovation, l’enseignement supérieur. Pour l’UDB, il faut endiguer les logiques concurrentielles et centralistes. La justice territoriale est un objectif indissociable de la justice sociale.

 

Concernant l'innovation et l'accompagnement des entreprises, nous jugeons pertinents les dispositifs (comme PHAR, CAPBIOTEX …) Par contre, il y a lieu cependant de s'interroger sur les créations d'entreprises quand on voit que sur 20.000 emplois créés en 2010, 12800 le sont sous le statut d'auto-entrepeneurs.

 

Parallèlement, le programme 225 (ESS) est circonscrit au secteur associatif et à quelques niches. (Hors coopératives agricoles et de crédit, qui ne le sont plus). Et doté d'un budget modeste (-5% du budget de la mission), alors qu'il devrait faire l'objet d'une approche plus transversale et plus innovante, d'un point de vue social et éthique.

 

Cette approche pourrait aussi concerner le programme 232, notamment l'enveloppe FEADER à destination des IAA (page 27, il est question de gestion innovante comme critère). Nous pensons que la recherche de la valeur ajoutée -tant sur le plan qualitatif qu'humain- devrait supplanter celle de la compétitivité stricte.

 

- Concernant les missions III et IV, nous souscrivons globalement aux programmes.

Nous rappelons que nous souhaitons une évaluation de la procédure des chèques livres, dont le dispositif devait être revu fin 2010...

 

 

Concernant le programme langues de Bretagne (anciennement 721), nous apprécions les aspects volontaristes de cette politique, mais nous regrettons qu'elle n'imprègne pas suffisamment les autres politiques. A l'instar de l'aide aux projets numériques innovants, que notre collègue KG a fait ouvrir aux langues de Bretagne lors de la CP du 9 juin dernier. On pourrait aussi citer les missions V (transports) et VI (patrimoine et tourisme).

 

Sur le programme 521 qui concerne le réseau routier, nous espèrons qu'une fois la RN 164 achevée, ce budget sera réduit, sachant que ce réseau a déjà sollicité une trop grande part des efforts budgétaires des collectivités, et que le 2 x2 voies ne s'impose pas partout, et les rocades encore moins.

 

-Sur la mission VIII, « pour une Bretagne solidaire » et notamment sur la question des solidarités internationales, nous regrettons la faiblesse budgétaire comme de nombreux partenaires et acteurs de la solidarité.

 

Enfin, les projets intégrés à la politique linguistique (NPLD), n'y figurent pas. Nous souhaitons que notre collectivité s'y investisse. 

Commenter cet article