Session plénière de mars 2012: bien-être des bretons

Publié le par Groupe des élus UDB

sante-copie-1.jpg

Session plénière du 29 mars 2012

 

intervention de Mona BRAS pour le groupe des élus UDB-Autonomie et Ecologie

 

 

 

Contribuer à développer le bien-être des Bretons ~ Nouvelles orientations de la politique de santé du Conseil régional de Bretagne

Monsieur le Président, mes chers collègues,

depuis 2005 notre collectivité s'est saisi des questions relatives à la santé publique en Bretagne tant la situation bretonne apparaît en relief par rapport à des moyennes nationales ; notamment en ce qui concerne la mortalité prématurée, avant 65 ans, et les décès dus à des causes évitables telles que les conduites addictives et le suicide, principalement chez les jeunes. Grand paradoxe avec les résultats de l'enquête IPSOS commandée par le Crédit mutuel de Bretagne en novembre 2011, enquête qui souligne que 69% des Bretons sont très attachés à leur lieu de vie et considère que la vie y est plus agréable qu'ailleurs.

En parallèle à ce bordereau,  soulignons le fait que le bien être ne peut pas être réduit au seul paramètre de santé physique, mais à la définition de la santé globale telle que l'entend l' Organisation mondiale de la santé : "la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité". La Charte pour la promotion de la santé adoptée à Ottawa en 1986, souligne que la santé est une valeur et a une valeur. Mais  si elle est à la fois un droit fondamental de l'homme et un excellent investissement social, force est de constater que les inégalités face à la santé sont enracinées dans les inégalités au sein de la société. Là aussi, dans une République qui se revendique pourtant égalitaire, la naissance et les conditions de vie vont déterminer trop souvent la durée et la qualité de vie des personnes.

Dans un contexte de profonds bouleversements sociaux :crise économique, montée des inégalités, développement du virtuel, accélération des modes de vie…, l Bretagne est la région-laboratoire d’expérimentation de nouveaux types de solidarités sociales et où les liens de proximité entre les habitants sont particulièrement forts : aide aux personnes en difficulté, co-voiturage, achat dans les coopératives agricoles ou les circuits courts, échanges de services entre voisins qui en sont autant d’exemples.

 

En dehors de la qualité de l'environnement, le lien humain et social, la proximité sont plébiscités ici en Bretagne comme les composantes essentielles du haut niveau de «bien-être» exprimé par les personnes interrogées.

 

L'enquête nous donne des pistes d'amélioration du bien-être des habitants de la Bretagne. Les trois domaines dans lesquels les Bretons voudraient voir les choses progresser, sont :

 

1) l’ économie (le coût de la vie, le logement, l'emploi et les conditions de travail)

 

2) la santé (essentiellement le soutien aux jeunes et aux personnes âgées ainsi que  l'accès géographique et financier aux soins) et

 

3) la protection de l’environnement (principalement la qualité de l'eau).

 

Alors, quels sont les moyens dont dispose le Conseil régional pour tenter d'apporter une réponse à ces attentes dans le cadre de ses compétences ?

 

Comment répondre à la détresse des personnes qui de plus en plus nombreuses à vivre sous le seuil de pauvreté ne peuvent souscrire à une complémentaire ? 

Comment tenter d'améliorer malgré tout le sort des personnes victimes de la double peine : d'un côté chômage ou précarité, cout du logement et de l'énergie, et de l'autre augmentation du cout des mutuelles, dépassements d'honoraires, reste à charge de plus en plus important ?

 

Comment garantir le maintien des services publics de santé face aux offensives commerciales de l'hospitalisation privée et lucrative.

 

Il appartient à l’État, garant de la cohésion sociale de répondre à la plupart de ces questions qui relèvent de ses compétences et de la loi.


Les élus UDB apprécient et soulignent la volonté affichée de notre collectivité, surtout en ce qui concerne :

 

1) la lutte contre les inégalités sociales et géographiques d'accès aux soins, par la défense du maintien des services publics de santé de proximité,

 

2) la volonté de veille et de de vigilance dans les instances consultatives  de la démocratie en santé,

 

3) l'accompagnement des jeunes dans la prévention, l'éducation à la santé et l'accès aux soins,

 

4) le travail en concertation avec les employeurs et la médecine du travail en ce qui concerne les TMS et aussi les risque psychosociaux, par la mise en œuvre du PRST, le plan régional de santé au travail,

 

5) la volonté d'agir sur le 52% de décès évitables par la modification et la réduction des comportements à risque.

 

Les élus UDB soulignent l'importance de l'élaboration et de la mis en oeuvre d'une politique intégrée en santé-environnement dont l'objet sear de prendre en compte les impacts de toutes les politiques publiques sur la santé. Le PRSE, Programme régional santé environnement est un outil qui peut être d'une grande efficacité. Les élus UDB souhaitent la mise en oeuvre du projet CIRCE - Cancer Inégalité Régionales Cantonales & Environnement - auquel notre collectivité s'interesse de près mais dont elle n'a ps encore signé la convention.

 

Au nom de la transversalité, les élus UDB souhaitent également l'intégration de la langue bretonne et du gallo dans les formations professionnelles des secteurs de la petite enfance, de l'accueil péri-scolaire et de l'aide à la personne. Ces secteurs recrutent et cherchent des professionnels capables de communiquer et d'établir des relations en breton ou en gallo avec les publics concernés de la crèche à la maison de retraite.

 

Pour conclure, les orientations ambitieuses, les actions engagées, les marges de progrès pour que notre collectivité contribue au développement du bien-être des Bretons et des Bretonnes, amènent les élu-e-s UDB à voter POUR ce bordereau.

 

Je vous remercie.

 

Ces observations faites, monsieur le Président, les élus UDB voteront ce bordereau

Commenter cet article