SOBRENA mais aussi SABELLA : c’est aussi l’affaire des banquiers bretons

Publié le par Groupe des élus UDB

 

http://1.bp.blogspot.com/_w_DGcfHhjPk/SyIA-ByAMMI/AAAAAAAAF8o/EgqjBuFKxGc/s400/Sabella+D03%C2%A9Sabella+SAS.JPG

Communiqué de presse

Rennes / Roazhon, le 25 octobre 2011

 

SOBRENA mais aussi SABELLA : c’est aussi l’affaire des banquiers bretons

 

La SOBRENA, entreprise leader de la réparation navale à Brest, lui-même premier pôle de réparation navale en France, est sous la menace imminente d’une liquidation judiciaire. Avec elle ce sont des entreprises sous-traitantes qui se trouvent dans la tourmente, en tout plus de 500 salariés.

 

Il y a tout lieu de s’étonner que cette situation gravissime n’ait pas été portée plus tôt à la connaissance des membres du Conseil portuaire, au premier rang desquels la Région, le département, BMO, la Ville de Brest et les représentants des salariés. De fait ceux-ci sont mis devant le fait accompli, le PDG de la SOBRENA ayant déclaré, semble-t-il, que l’avenir de l’entreprise et de ses salariés n’était plus de son ressort.

 

Comme l’exécutif de la Région, propriétaire du port de commerce, l’a lui-même souligné hier à l’issue de la table ronde qui s’est tenue à Brest, l’avenir de la SOBRENA conditionne fortement celui des activités portuaires dans leur ensemble et tout particulièrement le plan de développement du port de Brest de 150 millions d’euros que la Région s’apprêtait à présenter. Les compétences techniques des salariés de la réparation navale seront, par exemple, nécessaires à l’émergence d’un pôle industriel local autour des énergies marines. Ces compétences doivent être préservées pour pouvoir être transmises aux ouvriers de demain.

 

Les pouvoirs publics (Etat, Région, BMO) ont évidemment le devoir d’aider à trouver une solution de reprise pour la SOBRENA. Leur implication sera tout particulièrement nécessaire pour explorer rapidement la piste de DCNS.

 

Pour autant, le secteur privé a également sa responsabilité, en particulier le secteur bancaire. A ce titre la direction du Crédit Mutuel Arkéa, autrement dit le Crédit Mutuel de Bretagne, a ici l’occasion de redorer son blason après le récent conflit social qui avait mis en évidence la création d’une Société de Cadres Dirigeants dont l’objet était de réserver à 126 dirigeants du groupe des augmentations de salaires conséquentes, très loin des valeurs fondatrices du mutualisme. Cette semaine le PDG du Crédit Mutuel Arkéa, Jean-Pierre Denis, vient d’annoncer la création de deux fonds d’investissement, dotés respectivement de 400 et 70 millions d’euros, qui auront pour vocation d’entrer au capital de PME bretonnes dont la transmission apparaîtrait problématique et pourrait donner lieu à une prise de contrôle par des capitaux étrangers. Cette démarche est positive, elle correspond aux intérêts d’une activité économique pérenne et de l’emploi en Bretagne, et nous l’apprécions comme telle, mais pourquoi le Crédit Mutuel Arkéa, qui est accompagné dans sa démarche par le Président du Conseil régional, n’élargirait-il pas la vocation de ces fonds d’investissements aux PME qui évoluent dans des secteurs stratégiques pour l’économie bretonne ?

 

A l’évidence la réparation navale fait partie de ces secteurs stratégiques.

 

Un autre secteur stratégique pour l’économie bretonne est celui des énergies marines. A ce titre il est déplorable que l’entreprise SABELLA peine toujours à trouver les 6 millions d’euros qui lui manquent pour produire une hydrolienne de conception bretonne (projet D10 à Ouessant). Là aussi les administrateurs des fonds d’investissement créés par le Crédit Mutuel Arkéa devraient se sentir concernés.

 

Celui qui est appelé à présider le comité de choix des PME qui seront éligibles aux fonds d’investissement du Crédit Mutuel Arkéa, à savoir Bertrand Méheut (PDG de Canal +), déclarait hier : « Nous sommes responsables collectivement du maintien des emplois en Bretagne ». Eh bien, Messieurs Méheut et Denis, avec la SOBRENA et SABELLA nous sommes au cœur du sujet !

 

 

Herri GOURMELEN                      Christian GUYONVARC’H

Président de groupe                   Conseiller régional

 

 

Naig LE GARS                            Mona BRAS

Conseillère régionale                  Conseillère régionale

 

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article