Naig Le Gars

Naig.jpgNée le 11 novembre 1956 à Kemper. Après un BAC littéraire et quelques années de galère, elle reprend des études d'histoire tout en exerçant un job de surveillante d'internat. Elle élève dans le même temps ses deux enfants nés en 1982 et 1984.

Le Capès obtenu en 1987, elle enseigne l'histoire et la géographie dans plusieurs lycées et collèges avant d'être nommée en 1995 au lycée de Pont l'Abbé. Depuis 2003, elle enseigne l'histoire et la géographie en breton au collège Brizeux de Kemper.

Elle a publié 5 ouvrages dont 3 essais politiques (Breizh-Europa: histoire d'une aspiration en 1994, Ni hon unon en 1997 et les bretons par eux-mêmes en 1998), un livre historique (Chroniques de Menez-Banal en 1996) et un roman bilingue (Chao e Keris en 2005).

Son engagement remonte à l'adolescence dans un contexte de mouvements lycéens, féministes, puis de comités marée-noire, anti-nucléaire ou de lutte pour l'amnistie des prisonniers politiques bretons. Ce dernier engagement l'amène à participer à la création d'Emgann en 1982 qu'elle quitte en 1993. Elle se rapproche alors de l'UDB sous l'étiquette de laquelle elle se présente aux cantonales en 1994 (avec le soutien des verts), puis aux européennes la même année. Elle adhère en 1999 lorsque la section de Kemper est créée et met les locaux (anciennement associatif dont elle est devenue propriétaire) à la disposition du parti.

Parallèlement à son engagement politique, Naig Le Gars milite depuis de longues années pour la langue bretonne notamment au sein de l'Office de la langue bretonne.

Mandats électifs:

 

 

En 2001: élue à la mairie de Pluguffan, adjointe à la communication.
En 2004: élue au Conseil Régional de Bretagne. Présidente du groupe UDB-GA.

En 2010: réélue au Conseil Régional de Bretagne.

Vigie sans concession de la langue bretonne, Naig fait souvent entendre sa voix sur le sujet (car le chantier est énorme et la volonté politique souvent défaillante).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :