Notre-Dame-des-Landes: la démocratie régionale bien malmenée

Publié le par Groupe des élus UDB

oiseau seul

Le 27 septembre 2010

 

Notre-Dame-des-Landes: la démocratie régionale bien malmenée

Tout au long de la campagne des régionales Jean-Yves Le Drian n'avait eu de cesse de répondre aux médias que le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes était un projet de la "région voisine" et qu'à ce titre il n'avait pas à se positionner sur un projet qui ne le concernait pas. Moins de six mois plus tard les conseillers régionaux de la Région Bretagne apprennent par la presse qu'il est prêt à engager 28,9 millions € (soit nettement plus que le budget régional dédié à l'agriculture) dans une société d'économie mixte dédiée au projet de ND des Landes et à différentes infrastructures de liaison. Sans préjuger du fond, la forme de ce revirement pose un problème démocratique. Quelles en sont les raisons ?

Ce revirement était-il prémédité ?

Nous pouvons constater que du côté de la Région des Pays de la Loire, les choses étaient plus claires pour l'électeur puisque la liste conduite par Jacques Auxiette avait inscrit dans son programme le principe d'une "avance
remboursable" au concessionnaire de l'aéroport.

En Région Bretagne les conseillers régionaux UDB réclament une fois de plus, comme ils le font depuis plusieurs années, un schéma aéroportuaire cohérent à l'échelle de la Région et non plus cette gestion au coup par coup des contrats d'affermage qui laisse une impression d'improvisation. La réalisation du projet Bretagne Grande Vitesse, dont la mise en oeuvre effective jusqu'à Brest et Quimper est mise en doute y compris par des élus socialistes (par exemple le sénateur François Marc), aura forcément un impact sur le trafic aérien breton. Cet impact doit être anticipé dès maintenant pour adapter les infrastructures aéroportuaires de la Région Bretagne, dont chacun sait qu'elles sont trop nombreuses, aux besoins réels des territoires. Cette anticipation est indispensable pour ne pas laisser les compagnies "low cost" imposer à la Région et aux autres collectivités bretonnes une course à l'échalote qui s'avérera ruineuse pour le contribuable. Car n'oublions jamais que ce qui n'est pas payé par l'usager de l'avion l'est fatalement par le contribuable local.

 

Les élus régionaux de l'UDB.

Publié dans Communiqués de presse

Commenter cet article