Session plénière de mars 2012: France Energie Marine

Publié le par Groupe des élus UDB

eolienne-en-mer.jpg

 

Conseil régional de Bretagne / kuzul-rannvro Breizh

session du 29 mars 2012

Christian Guyonvarc'h

 

France énergies marines – projet d'Institut d'excellence pour les énergies décarbonées (IEDD) - Adoption des statuts de l'association de préfiguration et adhésion

 

Monsieur le Président, chères / chers collègues,

 

Notre groupe ne boudera pas son plaisir de voir aboutir ce dossier. Pour autant, nous ne pouvons ignorer que la naissance de France Energies Marines intervient dans un contexte où se posent des questions et où s'expriment des inquiétudes.

 

Il y a d'abord le niveau d'engagement financier de l'Etat (34,3 millions d'euros sur 10 ans) qui est loin des 100 millions d'euros que François Fillon avait annoncés à Brest en 2009, moins même que les 42 millions d'euros encore espérés il y a quelques mois. Les sommes promises à l'institut France Energies Marines sont modestes en comparaison des milliards que la France déverse dans la filière nucléaire. Un EPR, censé ouvrir des marchés internationaux, qui devait coûter 3 milliards, qui en coûte déjà 6, et la facture n'est pas bouclée tant les défauts de conception s'accumulent.

 

Autre motif de préoccupation: le passage à la production industrielle tend à échapper à la Région Bretagne. Nous savions depuis plusieurs mois déjà que la construction des éoliennes offshore posées devait se faire à Saint-Nazaire et au Havre, dans le cadre d'une alliance que la division administrative de la Bretagne a facilitée. Nous savons depuis quelques jours que DCNS construira ses hydroliennes à Cherbourg, après avoir bénéficié des compétences bretonnes, finistériennes en particulier, sur le site de Brest. Qu'en sera-t-il du développement industriel des éoliennes offshore flottantes? S'il devait échapper à son tour à la Région Bretagne, l'implantation du siège de France Energies Marines à Brest apparaîtrait in fine comme un lot de consolation plutôt maigre, avec 50 créations de postes qui ne seront sans doute pas tous occupés par des résidents. Comment anticiper ce risque? Il y a certainement plusieurs leviers à activer, dont celui de la levée de capitaux.

Publié dans Energie

Commenter cet article